Les ressources aquifères en Wallonie

Chaque année, près de 420 millions de m3 d’eau sont captés en Wallonie, dont quelque 80 % proviennent des nappes aquifères.
Celles-ci sont bien répertoriées et leurs réserves connues avec une bonne approximation.
Leurs potentialités sont très diverses.
Elles sont en outre situées dans le sous-sol wallon de manière inégale.

Rechercher l’eau

L’eau est un don du ciel. Elle se stocke naturellement sous deux formes : les eaux de surface et les eaux souterraines.

Protéger l’eau

Par toutes ses activités, par chacun de ses gestes, l’homme pollue l’environnement.

Les ressources en eau sont ainsi de plus en plus affectées.

En conformité avec les décisions de la Région wallonne, les opérateurs du secteur de l’ eau ont pris de nombreuses mesures concrètes pour protéger les prises d’eau: études hydrogéologiques, délimitation de périmètres de prévention, achat de terrains autour des zones de captage, création et gestion attentive d’espaces verts, surveillance sévère et régulière.

Protéger la ressource, c’est aussi la gérer à long terme.

Le traitement de l’eau

Quelle que soit leur provenance, il est rare que les eaux prélevées dans le milieu naturel puissent être distribuées sans traitement.

Les eaux souterraines, qui représentent 80% de l’eau captée en Wallonie, doivent être généralement soumises à une aération. En outre, elles sont aussi désinfectées par du chlore afin de garantir une bonne qualité bactériologique jusqu’au robinet du consommateur. Dans certains cas, ces eaux nécessitent des traitements complémentaires, surtout pour éliminer par filtration des éléments comme le fer ou le manganèse présents à l’état naturel dans l’eau. Les nitrates font l’objet d’une attention toute particulière.

Les eaux de surface sont les plus exposées à la pollution et nécessitent donc un traitement plus élaboré. Ce traitement exige plusieurs étapes : tamisage, addition de réactifs, floculation, décantation, filtration et stérilisation.

Contrôler l’eau

Depuis les points de captage, des contrôles stricts sont opérés tout au long de la filière de la production et de la distribution.

Les prélèvements sont envoyés dans des laboratoires. Ils y sont encodés et minutieusement analysés. L’équipement, à la pointe de la technologie, permet de contrôler la qualité de l’eau suivant des normes plus strictes que celles imposées par la législation. Le moindre risque de contamination de l’eau est ainsi immédiatement détecté, ce qui permet des interventions rapides des services d’exploitation.

Stocker l’eau

La demande en eau varie au cours de la journée. Afin de répondre en permanence aux besoins des consommateurs, on emmagasine l’eau dans des réservoirs et des châteaux d’eau. En plus des critères de fiabilité et de sécurité, ils sont également pensés pour être intégrés dans le paysage environnant. En dehors de leur fonction de régulation, ces ouvrages donnent à l’eau distribuée la pression nécessaire pour un service optimal.